« La fille qui tressait les nuages »_Céline Chevet #PLib2019

Hello <3,

De retour sur le blog pour vous parler de ma 3ème lecture dans le cadre du Plib 2019. Je gère plutôt bien le timing car sur les 5 cinq finalistes, j’ai lu 3 romans il reste encore 2 finalistes à lire <3. (n’hésitez pas à vous rendre sur la page du Plib en cliquant sur le lien <3)

Logo_PLIB_2019_JURY

Ce troisième finaliste, il s’agit du roman : « La Fille qui tressait les Nuages » de Céline Chevet.

E38DED73-5173-4FE1-9441-EA7DF30A1275

Titre : La fille qui tressait les nuages

Auteur : Céline Chevet

Éditeur : éditions du chat noir

ISBN : #ISBN9782375680797 

Résumé :

« Saitama-ken, Japon. Entre les longs doigts blancs de Haru, les pelotes du temps s’enroulent comme des chats endormis. Elle tresse les nuages en forme de drame, d’amour passionnel, de secrets. Sous le nébuleux spectacle, Julian pleure encore la sœur de Souichiro Sakai, son meilleur ami. Son esprit et son cœur encore amoureux nient cette mort mystérieuse. Influencé par son ami Haru, Julian part en quête des souvenirs que sa mémoire a occultés. Il est alors loin de se douter du terrible passé que cache la famille Sakai… »   

Mon avis : 

– Nous sommes ici face à un titre plutôt poétique et avec une une très belle couverture aux nuances japonaises. Mais malgré ce titre à tendance poétique, est enfouie une histoire dramatique et teintée de noirceur.

– L’histoire met en scène un groupe de lycéens de Saitama. Julian est le narrateur du récit. Notre Julian n’a pas une existence facile. Durant des années, il est le sujet de moqueries et de diverses brimades à propos de ses origines métisses. Son père est japonais et sa mère est anglaise ; il est donc plus occidental qu’asiatique. Mais ce racisme n’est pas l’objet principal du récit. L’histoire est basée sur un deuil difficile, la sœur de Souichiro : le meilleur ami de Julian est décédée … Julian était très amoureux de cette dernière. Avec le temps il a préféré effacer ce souvenir et cherche à comprendre les raisons de ce décès si brusque. Puis dans ce petit groupe, on découvre Haru : c’est une jeune fille qui tient des propos étranges voire cruels à certains moments. Elle a la faculté d’attraper les nuages et peut les tresser en ce qu’elle souhaite. Puis il y a Akiko, celle que tout le monde oublie et dont Julian doit faire de nombreux efforts pour se remémorer son prénom.

– Ainsi nos personnages sont à l’image de cette histoire qui s’ancre dans le surnaturel comme les lettres au tableau qui changent de place & cette fameuse pièce lancée qui ne retombe pas … Un récit onirique mais bordé de mauvais rêves.

– Pour ma part, au début du roman j’ai été très perplexe, mais au final j’ai adoré me plonger dans cet univers onirique que le roman construit. Céline Chevet possède une grande imagination. Par la même occasion et grâce au Plib, j’ai découvert une nouvelle maison d’édition, et j’ai bien l’intention de découvrir le catalogue des éditions du chat noir car j’ai vraiment apprécié ce roman <3. Ce troisième finaliste du Plib met également la barre très haut. Le choix sera difficile de désigner un seul gagnant parmi les 5 finalistes !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s